Place aux femmes, de façon intelligente - Cléo. Catalyseur de croissance
628
post-template-default,single,single-post,postid-628,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive

Place aux femmes, de façon intelligente

Je ne suis pas une féministe engagée ni une fervente critique de tout ce qui concerne la place des femmes dans le monde des affaires. Mais Tom Peters a su aborder la question intelligemment lors du dernier Sommet ScaleUp, auquel je prenais part la semaine dernière à NOLA.

Tom Peters a été le premier conférencier à prendre le micro… et il a été mon coup de cœur de tout le sommet! Sa vision du positionnement des femmes au sein des postes clés de direction a suscité mon intérêt.

Selon lui, une entreprise dont les produits et les services sont achetés par une clientèle constituée à 80 % de femmes devrait avoir à sa tête une équipe composée à 80 % de leaders féminins.  Si ce n’est pas le cas, comment l’entreprise arrivera-t-elle à rencontrer les attentes d’une clientèle qu’elle ne connaît pas?

L’auteur du livre The Excellence Dividend prône l’excellence de l’exécution. Cette excellence, de nombreuses entreprises ne l’atteignent pas car ils échouent lorsque vient le temps d’engager des femmes et leur permettre d’accéder aux postes de leadership.

Citant McKinsey et moult études, Tom Peters explique que les femmes sont généralement plus efficaces que les hommes, même si les hommes débutent leur carrière avec un léger avantage. C’est à 40 ans que cette efficacité féminine augmente significativement. Peut-être est-ce à ce moment qu’il m’a conquise!

L’auteur et conférencier cite le Harvard Business Review, disant que les femmes dirigent maintenant l’économie mondiale, représentant même un marché de croissance plus de deux fois supérieur à celui de la Chine et de l’Inde combinées.

Une analyse de McKinsey explique que les entreprises internationales ayant plus de femmes qui siègent sur leur conseil d’administration surpassent de loin la moyenne des entreprises au niveau du retour sur l’équité. Le bénéfice d’exploitation est même supérieur de 56 %.

J’ai la chance de coacher de nombreuses entreprises et il est flagrant que les femmes sont minoritaires dans les équipes de direction.

Si nous suivons le raisonnement de Tom Peters, êtes-vous fier de votre proportion d’hommes et de femmes dans votre équipe de direction?